[Total : 5    Moyenne : 3/5]

Parties utilisées : les baies, dont on tire du jus et des extraits huileux; les graines, pressées à froid pour en extraire l’huile; les feuilles et l’écorce, dont on tire des extraits.

Noms communs : argousier, saule épineux, olivier de Sibérie, faux-nerprun, ananas de Sibérie.
Nom botanique : Hippophae rhamnoides, famille des éléagnacées.
Nom anglais : Sea buckthorn.
Nom chinois : Star-bu (nom tibétain).
Habitat et origine : Cet arbuste dépasse rarement 3 à 4 mètres de haut, mais certaines variétés peuvent atteindre 20 mètres. L’argousier est originaire d’Europe et des régions montagneuses et tempérées de l’Eurasie. En Asie, l’argousier est très répandu en Chine et dans les régions de l’Himalaya. On le trouve aussi en Russie, en Mongolie et jusque dans les pays scandinaves. Il est cultivé au Canada et en Chine, notamment pour prévenir l’érosion des sols. Au Québec, une petite population d’argousier semble s’être naturalisée dans la région de Malartic (Abitibi) où les dépôts miniers sont propices à sa croissance.

Indications

Traiter les brûlures, les affections et les blessures cutanées (usage externe).
En médecine traditionnelle asiatique – traiter les troubles digestifs, cardiovasculaires et des voies respiratoires ainsi que diverses affections de la peau et des muqueuses (usage interne).

Posologie de l’argousier

Les données scientifiques et cliniques sont insuffisantes pour suggérer un dosage. L’argousier est offert sous plusieurs formes (jus, capsules, extraits, miel, gelée, etc.) et son huile, incorporée dans des pommades et des onguents, est utilisée en application externe.

L'agousier utilisé pour traiter certains troubles cardiovasculaires

L’agousier utilisé pour traiter certains troubles cardiovasculaires

Historique de l’argousier

L’utilisation médicinale des baies d’argousier remonte à l’Antiquité. Les Grecs l’utilisaient pour accélérer la prise de poids des chevaux et lustrer leur pelage, d’où son nom latin hippophae, qui signifie « cheval » et « briller ».

En Médecine traditionnelle chinoise (MTC), japonaise ou tibétaine, de même qu’en médecine ayurvédique (Inde), on emploie encore beaucoup l’argousier, notamment comme tonique, et pour soigner toutes sortes d’affections de la peau et des muqueuses. En association avec d’autres plantes, il est également utilisé pour traiter certains troubles cardiovasculaires (notamment les troubles de l’agrégation plaquettaire), les troubles digestifs, l’indigestion, les inflammations des poumons et les menstruations irrégulières ou douloureuses. Pratiquement toutes les parties de l’argousier sont employées en médecine traditionnelle : outre les baies et les graines, on prépare également des extraits de feuilles et d’écorce.

La Chine compte 300 000 hectares de vergers et 150 usines de transformation. Dans ce pays, plus de 200 produits différents sont fabriqués à partir de l’argousier. En Europe, plusieurs denrées alimentaires en contiennent (jus, confitures, suppléments vitaminiques, boissons alcoolisées, aliments pour le bétail, etc.) de même que plusieurs produits pharmaceutiques (suppositoires, pommades, etc.). Lors des Jeux olympiques de Séoul, 2 boissons à base d’argousier (Shawikang et Jianibao) avaient été approuvées comme boissons officielles pour les athlètes chinois.

L’ananas de Sibérie

Dans les pays de l’ex-Union soviétique, l’argousier est d’abord un aliment. On l’y appelle « ananas de Sibérie » en raison de la saveur de ses baies juteuses. Elles sont très riches en vitamine C (de 100 mg à 300 mg en moyenne par 100 g de baies, et jusqu’à 600 mg/100 g pour certaines espèces), en vitamine E et en caroténoïdes (bêta-carotène et lycopène notamment). Les cosmonautes russes prenaient régulièrement du miel d’argousier pour préserver leur bonne forme physique.

Les fruits de l’argousier contiennent également plus de 18 acides aminés, des acides gras essentiels divers, des phytostérols ainsi que plusieurs minéraux et oligo-éléments (azote, phosphore, fer, manganèse, bore, calcium, etc.). On en extrait le jus, mais on les emploie surtout pour confectionner des compotes, confitures et gelées diverses.

À l’heure actuelle, l’argousier est un ingrédient de crèmes destinées à soigner les brûlures, les plaies de lit (escarres) et les brûlures causées par des radiations. L’huile d’argousier, tirée de la pulpe des fruits et des graines, est employée pour la confection de produits cosmétiques, car elle a la réputation de régénérer la peau et de retarder l’apparition des rides.

Au Canada, l’argousier est utilisé depuis longtemps dans les Prairies comme haie et brise-vent. Plusieurs projets de culture de l’argousier sont à l’étude au Canada et au Québec afin d’exploiter le potentiel commercial de l’utilisation alimentaire et médicinale de cette plante. Les premières plantations commerciales datent des années 1995.

Recherches sur l’argousier

La recherche sur l’argousier et ses produits dérivés en est encore à ses premiers pas : elle est constituée principalement d’essai in vitro et sur des animaux. Les études cliniques sont très peu nombreuses. En général, les chercheurs attribuent les propriétés thérapeutiques de cette plante aux antioxydants et aux acides gras qu’elle renferme.

Traditionnellement, on considère l’argousier comme un tonique général de l’organisme. C’est ce qu’on appelle aussi un adaptogène, c’est-à-dire une substance qui accroît, de manière générale et non spécifique, la résistance de l’organisme aux divers stress qui l’affectent.

Brûlures et blessures cutanées (usage externe). Quelques essais sur les animaux ont donné de bons résultats pour accélérer la guérison de blessures et de brûlures. Chez les humains, on dispose d’un seul essai clinique : de l’huile tirée des baies de l’argousier s’est avérée plus efficace qu’un pansement à la gelée de pétrole pour soulager la douleur et aider à la guérison des brûlures de patients chinois.

Eczéma (usage interne et externe). Quelques essais cliniques non publiés ont donné des résultats prometteurs auprès de patients ayant pris, par voie orale, des extraits huileux de baies et de graines d’argousier. Au cours d’une étude menée en Finlande, des capsules d’huile de graines d’argousier ont légèrement soulagé les symptômes des sujets souffrant de dermatite atopique. L’application d’une crème à base d’argousier n’a cependant pas fait mieux qu’un placebo au cours d’un essai mené en Allemagne.

Protection cardiovasculaire. L’argousier étant riche en flavonoïdes aux effets antioxydants, on pense qu’il pourrait avoir une action bénéfique sur la viscosité du sang et sur la fonction cardiaque en général. Un essai clinique mené en Chine auprès de 88 patients indique que les flavonoïdes que contient l’argousier pourraient être utiles en cas d’hypertension artérielle, tout en ayant moins d’effets indésirables qu’un médicament antihypertenseur classique (nifedipine).

Les résultats d’un essai préliminaire mené auprès de 12 sujets en bonne santé indiquent que l’huile d’argousier pourrait avoir une action antiplaquettaire. Selon les résultats d’un autre essai, le jus des baies n’aurait aucun effet sur l’agrégation plaquettaire, mais il pourrait augmenter le taux de bon cholestérol (HDL) et réduire l’oxydation associée au mauvais cholestérol (LDL).

Divers. Bien qu’un extrait de feuilles d’argousier ait eu une action modulatrice sur les fonctions immunitaires d’animaux de laboratoire, un extrait des fruits n’a pas été plus efficace qu’un placebo pour prévenir les infections du système digestif ou urinaire auprès de 233 sujets. Au cours d’un essai sur des sujets souffrant de cirrhose du foie, un extrait d’argousier, pris durant 6 mois, a eu un effet bénéfique sur certains marqueurs sanguins de cette maladie.

Des données cliniques préliminaires non publiées indiquent que la prise d’un extrait huileux d’argousier pourrait être utile pour protéger les muqueuses des patients atteints du syndrome Gougerot-Sjögren.

Des résultats d’essais in vitro ou menés sur des animaux indiquent que l’argousier aurait un effet protecteur contre les effets toxiques des radiations, du gaz moutarde (arme chimique) et de l’arsenic. Les chercheurs s’intéressent également aux potentielles propriétés anticancer de l’huile d’argousier.

Précautions

Contre-indications
Aucune connue.
Effets indésirables
Aucun connu. Le fruit de l’argousier est consommé depuis très longtemps et il est jugé sécuritaire, mais l’innocuité à long terme des extraits n’est pas connue.

Interactions

Avec des plantes ou des suppléments
Aucune connue.
Avec des médicaments
Aucune connue.


[Total : 5    Moyenne : 3/5]

Les baies d’argousier bio antioxydant, avec leur goût acide, abritent une grande richesse: des substances acides et légèrement laxatives, de la provitamine A, B1, B2 et E. Elles contiennent en outre une grande variétés de substances actives dont de nombreux flavonoïdes.

Le taux de vitamine C dans les baies, mais aussi dans les feuilles, est inégalé. Il est même bien plus élevé que dans les fruits du sud comme l’orange et le citron, et plus élevé aussi que dans le cynorrhodon. D’ailleurs, les baies diffèrent au niveau de leur teneur en vitamine C. La plus haute teneur a été enregistrée dans les Alpes, où l’Hippophaë était également une plante pionnière. Ce sont également les baies de ces régions qui sont utilisées pour la production de jus et d’élixir. Il est frappant que le taux de vitamine C augmente fortement les années de grand soleil. Ceci reflète encore une fois la relation étroite entre l’argousier et la lumière. Avec les baies, on peut dire qu’on emmène un peu de ‘lumière’. Vous pouvez donc cueillir en toute tranquillité les baies de ce buisson si vous en rencontrez un.

L’argousier est un tonique général et un anti-infectieux. Il renforce le système immunitaire.

Il est indiqué dans tous les types de fatigue, ainsi qu’en cas de diminution de l’activité cardiaque et cérébrale.

On le conseille en cas d’inappétence et d’anémie; on l’utilise aussi en cas d’insomnie et contre la sénescence.

Enfin c’est un excellent préventif de la grippe.

Ses flavonoïdes notamment en font un grand ami du coeur, agissant aussi comme anti cholestérol et anti oxydant. Voir aussi

Il est consommé sous forme de sirops, jus et élixirs (Élixir d’argousier Weleda notamment).

Dans le Sibu Yudan, un livre de médecine classique tibétaine, du VIIIe siècle, pas moins de 30 chapitres sont consacrés aux vertus curatives et aux valeurs nutritionnelles de l’argousier.

Car il recèle d’autres trésors au sein de sa magnifique baie. En effet, on extrait une huile végétale tant de ses baies que de leurs graines.

L’argousier est une des rares plantes à contenir de l’huile aussi bien dans le noyau que dans la chair de son fruit.Il partage cette particularité avec l’olivier et l’avocatier.

Les noyaux sont séparés de la chair du fruit et légèrement écorchés afin de permettre à l’huile de s’écouler lors du pressage à froid. Pour extraire l’huile de la chair des baies d’argousier, il faut centrifuger le jus afin de faire tomber les morceaux de chair. Le jus reste au milieu et l’huile remonte à la surface!

L’huile extraite de la chair des baies contenant en plus une grande quantité de béta-carotène

L’huile extraite de la chair des baies contenant en plus une grande quantité de béta-carotène ( antioxydant naturel puissant)

L’huile d’argousier possède des vertus curatives particulières vis à vis de la peau, cela est notamment dû à sa forte teneur en acides gras (oméga 3 et oméga 6). L’huile extraite de la chair des baies contenant en plus une grande quantité de béta-carotène, qui lui donne sa couleur orangée. Le béta-carotène est un précurseur de la vitamine A dans le corps. Cette huile de chair contient de l’acide palmitoléique, qui lorsqu’il pénètre notre peau, protège des radicaux libres. Cet acide, présent dans le corps humain, joue un rôle important dans la formation cellulaire et dans le remplacement des cellules cutanées endommagées.

L’huile extraite des noyaux diffère de celle extraite de la chair. Elle est plus claire en raison d’une moindre teneur en caroténoïdes, mais elle contient par contre une forte proportion d’acides gras insaturés (acide linoléique par exemple) qui sont également présents dans nos cellules. Absorbés facilement par la peau, ces acides gras favorisent le renouvellement cellulaire, et stimulent ainsi l’amélioration de l’aspect des couches supérieures de la peau, le développement du manteau lipidique et la teneur en eau de la couche cornée.

A Tchernobyl, après la catastrophe nucléaire de 1986, une nouvelle propriété particulière de l’argousier a été découverte. Les médecins ont utilisé de l’huile d’argousier pour traiter les détériorations de la peau et des muqueuses des victimes de la catastrophe, car elle semblait protéger contre le rayonnement. De plus, après la catastrophe, l’argousier semble avoir été une des rares plantes de la région à na pas avoir été polluée par la radioactivité. C’est le béta-carotène présent dans l’huile de la chair qui offre cette protection, ce puissant anti-oxydant peut notamment absorber les rayons UV B. (source: voir Weleda).

On parle aussi souvent de ces propriétés sur certains types de maladies de peau : kératose pilaire, psoriasis, eczéma et surtout on a prouvé son excellente action sur l’ensemble des muqueuses du corps et sur tous les types de problèmes de sécheresse : cutanée, nasale, oculaire, buccale, vaginale, mais aussi sa protection sur les problèmes d’ulcères, en cas de radiothérapies, dans le soin des brûlures, dermatoses etc… Les recherches restent nombreuses, l’argousier, tant prisé des tibétains, n’a pas fini de nous surprendre.

Pour profiter au mieux de tous ses bienfaits sur la peau, il existe de plus en plus de produits à base d’argousier. J’ai choisi les produits Weleda pour leur sérieux (qualité biodynamique, le must!) et leur bon rapport qualité prix, et quelques autres produits. J’espère vous en proposer d’autres au fil du temps, avec toujours un label Bio et une garantie de teneur élevée en extraits actifs.

Vous trouverez au Chaudron Magique de l’Elixir d’argousier à boire pour retrouver force et résistance, mais aussi l’Huile de massage dynamisante à l’argousier, aux vertus purifiantes et curatives, qui soulagera les peaux irritées ou sèches, et aidera à se protéger des radicaux libres avec la provitamines A et la vitamine E.

Enfin le Lait corporel et la Douche à l’argousier, au parfum fruité d’orange, seront aussi nourrissants et protecteurs, améliorant l’élasticité de la peau et régulant sa teneur en lipide et en eau.

J’ai aussi de l’Huile sèche d’argousier bio Eumadis en 30 ml, sous label cosmébio, enrichie en huiles essentielles de bois de rose, ylang ylang et géranium, un véritable soin complet, pénétrant rapidement et comblant votre peau de ses bienfaits : lissant, raffermissant, nourrissant, stimulant la régénération de la peau et retardant son vieillissement!

Enfin de l’Huile pure de noyaux d’argousier Bio en 30 ml, à utiliser pure ou pour faire des préparations plus personnalisées (en mélange avec des huiles essentielles, en émulsion avec une eau florale…).


[Total : 20    Moyenne : 2.8/5]

L’argousier est exceptionnellement résistant aux écarts de température puisqu’il vit entre 40°C et – 40°C et il résiste aussi aux sels de déglaçage des routes il est aussi capable de décontaminer les sols radioactif.

Famille : Élaeagnacées
Rusticité : bonne
Culture : Hippophae rhamnoides est précieux en zone côtière comme brisevent, ou pour stabiliser des dunes de sable
Plantez le en plein soleil, dans un sol frais mais bien drainé, neutre à alcalin, de préférence sableux. Taille en septembre, mais l’intervention est rarement nécessaire.
Nombre d’espèce : Ce genre comprend 3 espèces d’arbres et d’arbustes dioïques, caducs
Lieu : Originaire d’Europe et d’Asie, poussant sur les dunes côtières, dans les éboulis et sur les rives des ruisseaux, en montagne
Taille : ↕ ↔ 6m
Feuilles : Feuilles linéaires ou oblongues, argentées, gris vert ou vert moyen
Fleurs : Fleurs insignifiantes, en grappes, au printemps
Fruits : Fruits sphériques, orangés
Racines :
Multiplication : semis en godet ou en terrine sous châssis, en mars. Stratifiez les graines en hiver, pendant trois mois, à 4°C. Boutures semi ligneuses en juin. Boutures ligneuses en décembre marcottage en octobre.
Ennemis et maladies :

Attention :
Espèce et variétés :
Hippophae rhamnoides (Argousier).
Grand arbuste ou petit buissonnant, à pousses épineuse
Feuilles caduques, de 3 à 6cm de long, linéaires, gris vert, tapissées d’écailles argentées ou bronze sur les deux faces
En avril, minuscules fleurs jaune vert épanouie en grappes de 1 à 2cm de long
Sur les plantes femelles, fruits de 3 à 8cm de diamètre, persistants, sphériques orangé vif.
↕↔ 6m.
Europe, Asie

Phytothérapie

Nom commun : argousier,
Nom botanique: Hippophaë rhamnoides
Nom anglais: sea buckthorn
Famille des : éléaginacées
L’argousier est abondant dans les pré alpes, Valée du Tessin, Valais, Grisons et en Savoie
Cet arbuste dépasse rarement 3 à 4 mètres mais certaines variétés peuvent atteindre 20 mètres.
L’argousier est répandu dans toute l’Eurasie et on le trouve en Chine, en Russie, en Mongolie, en France, en Grande-Bretagne et jusqu’en Finlande.
L’argousier est connu depuis l’Antiquité mais ce n’est que depuis les années 40 et 50, sous l’impulsion de chercheurs soviétiques, que la plante a commencé une nouvelle carrière.
En URSS, le fruit fait partie du régime des astronautes et on en a fait une crème les protégeant contre les radiations cosmiques.
Les baies de l’argousier sont extrêmement riches en en vitamine C (de 360 à 2500 mg par 100 grammes de baies), en vitamine E et en carotène.
Elles contiennent également plus de 18 acides aminés et plus de 24 éléments différents (dont azote, phosphore, fer, manganèse, boron, calcium).
À l’heure actuelle, on en tire des crèmes pour application topique sur des brûlures, plaies de lit et brûlures de radiations.
L’huile essentielle est également utilisée en aromathérapie
L’huile, le jus et les extraits de l’huile, du jus, des feuilles et de l’écorce sont utilisés dans le traitement des symptômes de la haute pression, de maladies des yeux, de la gingivite et des maladies cardio-vasculaires.
En Chine, on fabrique deux breuvages sportifs à partir de la baie et ces boissons étaient le “breuvage officiel” des athlètes chinois lors des Jeux olympiques de Séoul. Plus de 200 produits différents sont fabriquées à partir de l’argousier
Les Tartares et les Sibériens consommaient les baies avec du fromage et du lait, ils en faisait aussi de la confiture
Parties utilisées :fruits (baies)

Principaux constituant connus

flavonoïdes
acides gras(oléique, linoléique, linolénique et plusieurs autres)
béta-carotène (entre autres le lycopène)
tocophérols (vitamine E, gamma-tocophérol)
phytostérol vitamine C (dépassant le citron et le cynorrhodon)
provitamines A

Propriétés

tonique général
anti-infectieux

Indication en usage interne

ulcères de l’estomac
ulcères
cholestérol
haute pression
maladie cardio-vasculaire
diminution de l’activité cardiaque et cérébrale
gingivite
plaies occasionnées par l’exposition à des rayons X ou à des radiations
fatigue matinales, des convalescent etc.
inappétence
anémie
insomnies
prévention de la grippe
sénescence

Indication en usage externe

brûlures
plaies de lit

Le fruit riche en béta-carotène de l'argousier bio

Le fruit riche en béta-carotène de l’argousier bio

Mode d’emploi

Usage interne

en sirop dans le commerce

Arbre thérapeutique

Famille : éléangnacées
Historique : le nom botanique vient du grec hyppos qui signifie cheval et de phaos qui signifie brillant il fut nommé ainsi par les anciens Grecs qui ajoutaient au fourrage de leurs plus beaux chevaux des baies d’argousier pour rendre leur crinière et leur pelage plus lustré
Les peuples mongol tartare et sibérien consommaient les marmelades d’argousier avec du lait et du fromage pratique et judicieux quand on sait que le calcium est bien mieux absorbé en présence de vitamines C
Une pâte de ce fruit conservée pour l’hiver leur assurait une bonne résistance contre les froids sibériens du nord de l’Asie dont l’argousier est originaire
Habitat : Berges sablonneuses des cours d’eau terrains encaissés ou montagneux sols pauvre mais ensoleillés de l’Asie et du Sud de l’Europe
Composition chimique : écorce et feuilles : tanins // fibres // calcium // silice
Fruit : bêta-carotène // vitamine C // quercétine // mannitol // physaline // xanthophylline
Graines : acides gras essentiels (linoléique et isolinoléique // vitamines E // silice
Parties utilisées : écorce en hiver // feuilles au printemps // fruit et graines à maturité à la fin de l’été
Description : arbuste dioïque de forme hétérogène qui mesure de 5 à 6 mètre de haut à l’age adulte
Il est pourvu d’une écorce brun foncé et est muni de nombreuses épines de dimension différente
Ses feuilles sont alternes et caduques simples étroites et munies d’écailles argentées plus pâle sur le dessous Ses fruits sont des drupes orangées de 6 à 6 mm de longueur regroupées le long des branches et qui peuvent persister l’hiver
Culture : l’argousier est très facile à cultivez il est doté d’une grande vitalité
Utilisation : en usage externe contre les blessures infectées et les hémorragies on prépare une décoction avec des rameaux et bourgeons du printemps à raison de 2 cuillères à soupe bouillir pendant 5 min dans 125 ml d’eau appliqué en compresse localisée plusieurs fois dans la journée
Les jeunes feuilles sont utilisée pour les diarrhées et la déminéralisation prendre 3 tasses d’une cuillère à soupe bouillir 3 min prendre pendant 3 semaines maximum au printemps
Les fruits et les graines sont les plus précieux ils peuvent être consommé en cures prolongées de 3 mois sous forme de jus pur dilué à raison sde 1 cuillère à soupe par 100ml d’eau avant chaque repas comme tonique général idéal pour les enfants en croissance les convalescent et les personnes souffrants d’insuffisance cardiaque ou de fatigue chronique ou tout simplement en cure dépurative et contre le vieillissement
Il est très acide il est recommander de broyer très finement le fruit et la graine le faire cuire à basse température max 70 °C
2vitez les cures d’argousiers en cas de goutte et d’hyperacidité et de pathologie rénales sérieuses
Propriétés médicinales : antioxydant // antihistaminique // antiscorbutique // antiseptique // apéritif // astringent // cicatrisant // dépuratif // fortifiant // laxatif // tonicardiaque // reconstituant général et vulnéraire
Insolite : la vitalité de l’argousier vient du fait de sa formidable faculté d’allier l’énergie solaire concentrée dans ses précieuses vitamines en synergie parfaite à la force cristalline de la terre par sa silice protectrice et dispensatrice de chaleur et de lumière
La psycho morphologie de l’argousier révèle que courage endurance et persévérance sont typique de cet être qui ne manque ni de vertus ni de défenses pour bénéficier de ses qualités il est recommander de dormir à la belle étoile près de lui

Boissons

Nectar antioxydant universel

Sirop d’argousier
Ingrédients
fruit de l’argousier
1kg de sucre roux par litre de fruit
Préparation
cueillez les fruits le matin avant que le soleil ne réchauffe les fruits
prenez de petits rameaux sans trop de feuilles
égrener passez les fruita au travers d’un moulin à légume attention inox fer et aluminium sont attaqué par le jus du fruit très acide
filtrez au travers d’un linge
ajoutez 1 kg de sucre roux par litre de jus dynamiser pendant 1 heure avec un bâton en bois bien propre
tournez d’abord dans 1 sens de l’extérieur vers l’intérieur jusqu’à formation d’un entonnoir profond après un court arrêt entamez le mouvement inverse de l’intérieur vers l’extérieur jusqu’à obtention d’un entonnoir et ainsi de suite
c’est ce qui permet au sirop de se conserver 1 an sans cuisson
mettez aussitôt en bouteilles bouchez hermétiquement
Si le sirop mousse après quelques jour vous pouvez arrêtez le processus en le chauffent pendant 1/4 d’heure entre 70 et 75 °C
agitez avant l’utilisation

Nectar antioxydant universel
Ingrédients
250 ml de fruit d’argousier bien mûres
250 ml d’eau
15 gouttes d’extrait ou 2 gr de poudre de stevia rebaudiana (le plus puissant agent sucrant végétal au monde et le plus facile à cultiver) http://res2.agr.ca/london/faq/stevia_f.htm
Préparation
laissez tremper les baies dans l’eau pendant 2 à 3 heures puis broyez au robot ou mortier
ajouter la stevia et agiter se conserve un mois au réfrigérateur
Stérilisé il se garde 1 an au réfrigérateur

Recettes

Sirop d’argousier
Ingrédients
fruit de l’argousier
1kg de sucre roux par litre de fruit
Préparation
cueillez les fruits le matin avant que le soleil ne réchauffe les fruits
prenez de petits rameaux sans trop de feuilles
égrener passez les fruita au travers d’un moulin à légume attention inox fer et aluminium sont attaqué par le jus du fruit très acide
filtrez au travers d’un linge
ajoutez 1 kg de sucre roux par litre de jus dynamiser pendant 1 heure avec un bâton en bois bien propre
tournez d’abord dans 1 sens de l’extérieur vers l’intérieur jusqu’à formation d’un entonnoir profond après un court arrêt entamez le mouvement inverse de l’intérieur vers l’extérieur jusqu’à obtention d’un entonnoir et ainsi de suite
c’est ce qui permet au sirop de se conserver 1 an sans cuisson
mettez aussitôt en bouteilles bouchez hermétiquement
Si le sirop mousse après quelques jour vous pouvez arrêtez le processus en le chauffent pendant 1/4 d’heure entre 70 et 75 °C
agitez avant l’utilisation
***********************************
Confiture d’argouses
Ingrédients
600 g d’argouses
5 poires
300 g de sucre .
( pas de citron, l’argouse étant un fruit qui contient de la pectine en quantité suffisante)
Préparation
Laisser bouillir 12 min.
Metre en pot
**************************************
Gelée de baies d’argousier
Ingrédients
1kg de baies.
1/4 de litre d’eau.
1 kg du sucre.
1 orange,
Les zestes râpés d’une orange et d’un citron
Préparation
Mettre les baies à crever dans une bassine sur le feu avec l’eau.
Verser le tout sur un tamis garni d’un linge et presser pour faire sortir le jus.
Y ajouter le jus de l’orange, les zestes et le sucre.
Faire cuire 20 minutes.
Dès que la consistance sirupeuse est atteinte (vérifier sur une assiette), mettre en pots et fermer.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Cet arbuste épineux pousse un peu partout en Europe Occidentale, en Asie et en Amérique du Nord. Longtemps ignoré des hommes, il est désormais cultivé pour son aspect décoratif ou ses fruits, son huile.

S’il supporte des hivers rigoureux, il a besoin de beaucoup de lumière. Il recherche donc les grands espaces : dunes ou zones peu boisées en moyenne altitude. Il peut atteindre 6 à 8 mètres de haut, mais généralement, il mesure 2 à 4 mètres. Son port est étalé. Ses feuilles, lancéolées, sont vert sombre sur le dessus avec des reflets argentés dessous. Ses rameaux sont étalés et pourvus d’épines. Ses fleurs verdâtres éclosent au début du printemps. Les fruits sont des baies oranges qui s’agglutinent autour des branches.

L’ananas de Sibérie

Les vertus médicinales de l’argousier ont été reconnues, il y a une centaine d’années même si les argouses sont consommés depuis des siècles en Europe et en Asie. Les médecins tibétains l’utilisent pour soigner les affections cutanées, les troubles digestifs et circulatoires, les affections pulmonaires et les règles douloureuses. Les chercheurs soviétiques, lors de la conquête de l’espace dans les années 1950, se sont de très près intéressés à la plante : les argouses se trouvaient au menu des cosmonautes qui, par ailleurs, s’appliquaient une crème à base d’argousier pour se protéger contre les radiations cosmiques.
En Russie, l’argousier est surnommé “l’ananas de Sibérie” autant pour sa richesse en vitamines que pour le goût légèrement acidulé de ses baies. Aujourd’hui, c’est surtout en Amérique du Nord que se poursuivent les études sur les propriétés de ce fruit dont la concentration en vitamine C est 5 fois supérieure à celle du kiwi et 30 fois supérieure à celle de l’orange. Les fruits, de même que les feuilles et les graines, sont très riches en vitamines (C, E, A, F, K, P et du groupe B), en oligo-éléments (azote, phosphore, fer, manganèse, bore, calcium…), en acides gras saturés (acides palmitique et palmitoléique) et insaturés (acides linolénique et linoléique) et en acides aminés. Des récentes recherches ont montré l’utilité de la plante pour lutter contre les radiations, réduire l’agrégation plaquettaire, traiter les ulcères gastriques et ralentir les risques du cancer.

L'argouse bio pour traiter les ulcères gastriques

L’argouse bio pour traiter les ulcères gastriques

Dans l’argousier tout est bon

Très riche en vitamine C, la baie de l’argousier se transforme en confiture, en jus ou en sirop.
Durant les Jeux Olympiques de Séoul, la boisson « officielle » des athlètes chinois, c’était le jus d’argousier. Il faut préciser qu’en Asie plus de 200 produits alimentaires ou médicinaux sont fabriqués à partir d’argousier. En Europe et en Amérique du Nord ce sont surtout les baies, les feuilles et l’écorce qui sont utilisés pour fabriquer des gelées, des confitures, des compléments alimentaires, du jus, de l’huile et des cosmétiques.Pour en savoir plus sur le Bostwellia

Les indications

En interne :

fatigue
grippe
refroidissement
manque d’appétit
ulcères d’estomac et du duodénum
hyperlipémie du sang
gingivite
problèmes pulmonaires
maladies cardio-vasculaires et
coronariennes
hypertension artérielle

Il suffit de suivre les indications des fabricants : tout dépend de la concentration du jus ou des extraits. Si le jus est trop concentré ou amer, il suffit de le diluer avec un peu d’eau. En général on prend de 2 à 4 cuillérées à café par jour, mais certains praticiens conseillent jusqu’à 200 ml/jour. Il existe aussi des tisanes de feuilles ou d’écorce d’argousier. Il est aussi possible de consommer l’huile (1 cuillérée à café par jour ou en association avec d’autres huiles de première pression à froid dans une salade).

En externe :

eczéma et autres problèmes cutanés
brûlures
prévention et cicatrisation des blessures dues aux radiations,
ralentissement des rides
cheveux : pellicules et chute.

L’huile d’argousier est obtenue par pression à froid des baies et surtout des graines d’argousier. Elle entre dans la composition de cosmétiques ou de shampoings. Attention : L’huile a la particularité de laisser des taches rouges : massez longtemps et laissez absorber avant de recouvrir d’un linge pour protéger vos vêtements.

Quand ? Comment ? Combien ?

En Europe et au Québec, on trouve des jus, des gelées, des liqueurs, des bonbons, des sirops, des comprimés, des shampoings, des pommades, des tisanes, des huiles, des cosmétiques (crèmes, masques, produits solaires) et même de la bière à l’argousier. À ce jour, aucun effet indésirable n’a été constaté, que l’argousier soit utilisé seul ou avec un médicament, en interne comme en externe. Il n’y a pas non plus d’effet secondaire à craindre, quelles que soient les quantités consommées (hormis de possibles coliques si vous n’êtes pas raisonnable !). Toutefois, par prudence, les femmes enceintes doivent éviter les excès. Le jus — obtenu par pression à froid — se trouve souvent sous forme de flacon de 200 ml (environ 11 €) ou bien en ampoules. Il a un délicieux goût fruité légèrement acidulé. Il suffit d’en prendre 2 à 4 cuillérées à café par jour.
En règle générale, il suffit de suivre les préconisations du fabricant. Le jus, les bonbons, les huiles et les cosmétiques se trouvent surtout en magasins de produits naturels ou diététiques mais aussi dans quelques pharmacies et en vente par correspondance.

En association avec d’autres plantes
Comme pour la plupart des plantes, l’argousier potentialise ses effets quand il est pris avec une autre plante aux propriétés comparables.

maladies auto-immunes ou dégénératives, fatigue et ulcères gastriques : aloe vera,
grippe et refroissements : eucalyptus, pin (en huiles essentielles),
règles irrégulières et douloureuses : sauge (tisane à mélanger au jus ou au sirop),
lèvres sèches : calendula ou huile d’amande douce,
problèmes de peau et brûlures : de la St Jean au millepertuis (attention de ne pas vous exposer au soleil).

A chaque fois il suffit de mélanger moitié-moitié ou de prendre en alternance, que ce soit en interne (jus et sirops) ou bien en externe (huile et crèmes).

Dans le verger

L’argousier est surtout tout un arbuste d’ornement qui affectionne les talus, les bords de mer et la moyenne montagne. Pour avoir des fruits, il faut un pied mâle pour au moins un pied femelle. Les plantes femelles se reconnaissent à leurs petits bourgeons globuleux. Les argousiers se plantent dans tous les sols, à condition qu’ils soient très bien exposés au soleil… et loin des sentiers à cause de leurs épines. Il supporte des températures jusqu’à – 40 ° C et peut résister à des périodes de sécheresse. Il envoie ses racines profondément dans le sol, d’où son intérêt pour retenir des dunes ou freiner l’érosion d’un terrain. L’argousier se reproduit facilement par boutures ligneuses de novembre à février et par boutures de racines jusqu’en automne. Les meilleurs éléments sont prélevés sur des individus poussant sur des sols pauvres ou sablonneux. L’argile et l’humus peuvent être ajoutés quand la fructification commence, à partir de la troisième année. Il faut éviter la proximité des résineux. Très rustiques, les argousiers sont peu sensibles aux maladies ou parasites. Le fruit orangé mûrit à la fin de l’été. Difficile à cueillir, il faut prévoir près d’une heure pour récolter environ 6 kg par plant. L’intérêt nutritif et médicinal de l’argousier encourage de plus en plus les arboriculteurs à se lancer dans sa culture d’autant qu’un verger bien mené (10 tonnes de fruits à l’hectare) possède une durée de vie (et de production) d’au moins 30 ans.

Histoire et botanique

De la famille des éléagnacées, l’argousier se dit sea buckthorn en anglais et Star-bu en chinois et en tibétain). Son nom scientifique, « hyppophae » signifierait « je tue un cheval ». Pourtant Les Grecs l’utilisaient pour favoriser la prise de poids des chevaux et lustrer leur pelage, (« phae » pourrait aussi signifier « je fais briller”). En Chine et en Russie, l’argousier est, depuis des siècles, utilisé comme plante médicinale. En Europe, si les baies ont servi de « tonique » dès le Moyen-Âge, leur utilisation médicinale ne s’est imposée que depuis quelques dizaines d’années.